Le boulevard et le plan de Vic, autrefois…

102 - la même - Le Plan de Vic la Gardiole

On le reconnaît bien, notre boulevard, même si l’espace dédié aux piétons n’est pas encore distinct de celui qui est propre à la circulation automobile. Il faut dire qu’à cette époque (années 1950-1960) rares étaient les véhicules à quatre roues dans les rues du village et l’on pouvait sans crainte se tenir au milieu de la chaussée. Comme toujours, les enfants accourent lorsque vient le photographe…

203 - Bd de la Fontaine

Les Vicois de ces temps, non motorisés, étaient des adeptes de la petite reine. Elle leur permettait de se rendre plus vite à la vigne, aux jardins communaux, à la ville et même, quelquefois… au cinéma ! Quand le boulevard est pris en photo, on prend la pose ! A droite, vous retrouvez le banc de pierre où se sont usés les fonds de culotte de générations et générations et vous discernez la pompe où chacun venait emplir son seau plusieurs fois par jour, faute d’eau courante. A gauche, avec son toit à quatre pans, le pigeonnier depuis longtemps disparu.

34 La poste, noir et blanc

La 1ère poste était située sur le plan appelé de nos jours « plan du château ».

Ce bâtiment-ci, lui, devait faire l’admiration des villageois pour mériter sa carte postale. Il s’aligne dans le prolongement du mur de la maison de M. et Mme Denis Pellet. Un grand portail s’ouvrait sur une longue allée y conduisant. L’allée et le jardin sont devenus la Place de l’office du tourisme. La maison est restée. Rénovée, réaménagée, elle abrite les associations. A l’arrière-plan de la carte postale, on voit le mur qui clôturait le mas de Jacquet, contre lequel un banc accueillait les jeunes qui, les soirs d’été, se retrouvaient pour la causette… ou pour un tout petit peu plus, si affinités…

405 - le Plan

506 - Le Plan autrefois

607 - Bd des Aresquiers années 60-70

Et revoici (photos 4 – 5 – 6) le boulevard, vu direction Montpellier puis direction les Aresquiers, enfin vu de l’actuelle rue du Labech.

Notre boulevard était la seule et unique voie pour se rendre à la plage ; les estivants désireux d’aller bronzer aux Aresquiers devaient donc traverser le village en son centre.

Jeanne Victoria

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s