La démocratie bafouée à Vic-la-Gardiole.

(Un còp de mai !)

IMG_20160326_112701

Le samedi 26 mars 2016, à 11 heures 30, la place de l’église recevait officiellement le nom de « Place Arthur Jeanjean » devant une assistance composée de la famille de l’ancien maire (petits-enfants et leur descendance), d’amis, d’anciens combattants et d’une douzaine d’élus de la majorité municipale.

Aucun élu de l’opposition n’était au-rendez-vous et pour cause : ils n’étaient pas prévenus ! L’événement avait été préparé en catimini, afin de les tenir à l’écart. Une conseillère municipale élue dans l’opposition, renseignée à 11 heures 10, par la seule rumeur, y vint. Elle exprima au maire son indignation, lui demanda si ses colistiers et elle étaient des pestiférés et s’entendit répondre qu’on lui « expliquerait »…

Preuve était donc faite : ici, nul oubli mais la volonté délibérée d’exclure soigneusement les élus non majoritaires, en leur tenant cachés le jour et l’heure de l’événement.

Mais dans quelle commune vit-on ? Est-ce à Mme le Maire et ses acolytes d’interdire ou d’autoriser la participation des élus de l’opposition à tel ou tel événement ? Ceux-ci n’ont-ils pas le droit d’être informés de tout ce qui se passe, au même titre que les 18 élus majoritaires ? N’est-ce pas à eux et à eux seuls de décider de leur présence ou de leur absence à toute réunion ou manifestation publique ?

Cette éviction des élus non majoritaires (généralement informés a posteriori par le journal ) n’est en rien exceptionnelle ; elle s’inscrit dans une longue série dont voici quelques exemples : vœux 2015 du conseil municipal au personnel, opposition exclue ; intervention d’élus à l’école, opposition exclue…

Rassurons-nous : cette fois, on va lui « expliquer » . Mais expliquer QUOI ? Que les élus non majoritaires ne sont pas des élus à part entière ? Qu’on leur dénie toute légitimité ? Qu’on les considère autant que des queues de cerise ? Pas fous ! On ne va pas courir le risque de casser le miroir aux alouettes d’une pseudo-démocratie et de s’afficher en tyranneaux locaux, accrochés à leurs pouvoirs comme l’est l’huître à son rocher.

Alors on trouvera bien un artifice de rhétorique, une quelconque contre-vérité lénifiante ou soporifique, un semblant d’explication proprette sur soi, « vertueuse ». Et la majorité pourra ainsi continuer à feindre de laver « plus blanc que blanc »…

La démocratie est mise à mal à Vic-la-Gardiole. Elle nous paraît bien malade…
Devons-nous risquer de devoir, un jour, porter son deuil ?

Solon, Thrasybule, Démosthène et les autres

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s