Spécial P.L.U. (ou « au loto, on ne connaît pas toujours la valeur de ce que l’on gagne »)

animatrice-de-loto-imgh1329770258-bouliergeantavecplateauballes__ni63vj

Le CCAS de la mairie organise régulièrement de super lotos, avec autant de lots variés et originaux qui ravissent les nombreux participants…

Mais la municipalité a aussi organisé, le mois dernier, le loto du PLU, qui doit récompenser les propriétaires des 12 hectares de terrains ouverts à urbanisation à moyen ou long terme, comme annoncé par les élus.

Après plus de 13 ans de réflexion, la montagne a enfin accouché d’une souris ou plutôt d’un souriceau : 12 ha sur les 3076 ha de la commune = 3,9 pour mille !

Or ce brave souriceau nouveau-né est déjà atteint d’une maladie grave : le SDGEP !

C’est quoi ça ?

C’est le Schéma Directeur de Gestion des Eaux Pluviales, qui a aussi été acté par une délibération votée par la majorité, même si son contenu est resté ignoré des votants.

Il dit quoi, ce schéma ?

Tout d’abord, comme peuvent le relever « les passéistes », que rien n’a été fait pendant de très nombreuses années. A ceux-là, les optimistes répondent que malgré cet immobilisme, on ne déplore ni noyés sur la commune ni aucune catastrophe naturelle, comme on a pu en voir à la télévision.

Ensuite, il préconise des travaux et aménagements divers, consommateurs d’espace et de deniers publics, pour résoudre les problèmes d’inondations connues et ceux à venir en fonction de l’urbanisation prévue.

Et c’est là que le lot gagné peut s’avérer moins lucratif qu’espéré…

Quelques exemples :

  • Pour les Cresses, le PLU autorise la construction sur 5,5 hectares. Le SDGEP préconise des aménagements pour canaliser et stocker les eaux pluviales ; montant des travaux : 309 000 €. Ces travaux, liés à l’urbanisation du secteur, doivent donc être financés sur l’opération et non par l’impôt des Vicoises et Vicois. Cela entraîne un surcoût de 5,6 € par mètre carré, soit, pour une parcelle de 300 m2 , un surcoût de 1 700 € !
  • Pour les Masques, le PLU autorise la construction sur 6 hectares. Le coût des aménagements est prévu à 1 600 000 € soit, dans les mêmes conditions que décrites ci-dessus, un surcoût de 27 € par mètre carré ;  ce qui fait, pour 500 m2, un surcoût de 13 500 € !
  • Pour les lotissements de L’Esplanade, un aménagement est nécessaire, afin de raccorder son réseau pluvial sur la Robine. Il est estimé à 162 000 €. Nous ignorons si ces travaux seront payés par nos impôts ou par les aménageurs (le même calcul que ci-dessus fait ressortir une plus-value de 9 € par m2 si c’est l’aménageur qui en assure le financement).

Tout compte fait, avoir gagné le droit de construire s’accompagne du droit de payer pour les aménagements nécessaires afin de réduire les incidences des eaux pluviales. Sans parler du reste : l’eau potable, les eaux usées, les voiries…

Le lot gagné n’est peut-être pas si extraordinaire !

La municipalité a indiqué que les travaux liés au SDGEP ne seraient réalisés que dans de nombreuses années…

C’est oublier que les services de la Préfecture (la DDTM pour les initiés) ne laisseront aucune parcelle se construire sans que soient mis en œuvre les travaux prévus par le SDGEP, lui-même voté par les élus de la majorité.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s