Le point sur le Plan Vigipirate

c25b6f41-f331-23dc-621e-9b3db3f2a992

Le plan Vigipirate est un des outils du dispositif français de lutte contre le terrorisme. Il relève du Premier ministre et associe tous les ministères mais aussi tous les acteurs de la nation susceptibles de contribuer à la vigilance, à la prévention et à la protection contre la menace terroriste : l’État, les collectivités territoriales, les opérateurs, les citoyens.

La première instruction interministérielle relative à la mise en œuvre des mesures de vigilance en cas de menaces d’agressions terroristes date de 1978.
En 1995, le plan gouvernemental Vigipirate (pour « vigilance et protection des installations contre les risques d’attentats terroristes à l’explosif ») définit deux mesures générales de vigilance : Vigipirate simple et Vigipirate renforcé.
En 2003, 4 niveaux d’alerte ont été définis et ont été mis en vigueur jusqu’en février 2014. Il s’agit des niveaux : jaune, orange, rouge et écarlate.
– La refonte de 2014 élargit le périmètre des acteurs associés au plan (collectivités territoriales, opérateurs économiques), elle rend publique une partie du plan, elle rénove le mode de fonctionnement du plan.
Depuis le 20 février 2014, le plan Vigipirate utilise deux niveaux de vigilance : la vigilance et l’alerte attentat.
Depuis janvier 2015, une mission de protection associée au plan Vigipirate est confiée à des militaires sous le nom d’Opération Sentinelle.
La vigilance correspond à la posture permanente de sécurité face à une menace durablement élevée mais diffuse. Elle se traduit par la mise en œuvre d’une centaine de mesures permanentes.
L’alerte attentat s’applique soit si des projets d’action caractérisés sont connus des services de renseignement, soit si une ou plusieurs actions terroristes ont été commises sur le territoire national. Des mesures exceptionnelles et temporaires sont activées sur l’ensemble du territoire ou sur une zone géographique délimitée et/ou sur certains secteurs d’activités.

La vigilance renforcée s’applique sur la commune de Vic-La-Gardiole comme sur les autres communes de France hormis les communes de l’Ile de France et des Alpes-Maritimes qui sont, elles, en « Alerte attentat ».
Le contexte de menace terroriste impose un renforcement des mesures de sécurité dans les écoles et les établissements scolaires.
Dans ce cadre-là, le ministère a rappelé les consignes aux personnels de l’Éducation nationale, aux parents d’élèves et aux élèves.
Aussi, en école primaire, est-il demandé, entre autres, aux familles de ne pas s’attarder devant les portes d’accès pendant la dépose ou la récupération de leurs enfants, alors qu’en Île de France et dans les Alpes-Maritimes, le stationnement des véhicules est interdit aux abords de l’établissement.
Toutefois, la sécurité aux abords de l’école est assurée par le Maire, conformément aux pouvoirs de police qui lui sont conférés. A ce titre, Madame le Maire de VIC, a décidé, contrairement aux maires d’autres communes voisines, d’interdire le stationnement aux abords des écoles.
X places de stationnement sont ainsi condamnées, ce qui génère des nuisances pour les riverains, les clients du cabinet médical mais aussi les personnes qui fréquentent la salle des fêtes pour exercer leur activité.
L’année scolaire terminée, les parkings situés aux abords des écoles sont redevenus accessibles.
L’été, dans un contexte national difficile où la menace terroriste était prégnante la population vicoise et les touristes ont, toutefois, pu profiter des festivités, dont certaines ont attiré un très large public. Citons la retransmission des matchs de l’Euro de foot sur écran géant et les marchés nocturnes, les nombreux stands de produits artisanaux où l’on a vu … des poignards (!) présentés à même l’étal, sans aucune protection et directement accessibles !
Après l’accalmie estivale, les écoles ont repris et, les menaces terroristes restant à un niveau élevé, Madame le Maire a réitéré l’interdiction de stationner aux abords des écoles.
Autrement dit, les mesures « alerte attentat » ne sont pas du tout nécessaires en pleine saison estivale, quand les rues et les places sont noires de monde mais deviennent obligatoires en période scolaire, Vic étant, plus que les villages avoisinants, une cible objective du terrorisme, au même titre que Nice ou que l’Île de France…. Cherchez l’erreur.

Publicités

Une réflexion sur “Le point sur le Plan Vigipirate

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s