12 mars 1914 : Vic-les-étangs devient Vic-la-Gardiole

En mars 1914, sous l’impulsion du maire Claude Debaille (qui bataillait depuis dix ans), Vic-les-étangs devient officiellement, par décret, Vic-la-Gardiole.

Exit la crainte que Vic ne soit victime d’une fausse réputation d’insalubrité attachée aux territoires bordant les étangs alors que « la commune est très saine ». Et, poursuit l’édile (…)  « la population essentiellement viticole a tout intérêt que le nom des collines au bas desquelles on récolte le meilleur vin du pays soit compris dans le nom à donner. D’autant que les collines se trouvent en grande partie sur la commune ».

Le médecin-colonel Georges-Marceau Debaille a célébré l’événement dans un poème dont nous avons le plaisir de vous donner quelques extraits.

Adieu Vic-les-étangs !

Salut à toi Vic-la-Gardiole !

Vic les Etangs-Vue du Centre02 - la même - Le Plan de Vic la Gardiole

VIC-LA-GARDIOLE                                                            

Sainte Léocadie, patronne de ces lieux,

Si vous veillez sur nous comme c’est fort probable,

Laissez dormir en paix l’âme de mes aïeux

Et pour le nouveau Vic montrez-vous secourable.

****

[…] Ne croyez pas pourtant que c’est une babiole,

Les arguments sont là pour attester le fait.

Vic-les-étangs se meurt ; à sa place apparaît

Une cité qui prend pour nom Vic-la-Gardiole.

****

[…] L’étang faisait jadis l’orgueil de la cité,

Le bonheur des pêcheurs, les joies de la famille ;

Le pays prospérait dans la félicité,

En raison du poisson dont tout le lac fourmille

****

[…] Mais les temps ont changé et la pêche on délaisse ;

A la vigne les champs ont été consacrés

Et le vin exprimé chaque année de nos presses

Donne à cette culture, ici, le feu sacré.

****

[…] Nos vins sont réputés avec juste raison :

C’est presque du nectar cueilli sur le coteau,

Mais pour qu’on sache au loin le vin que nous faisons

Attirons au moins l’œil par un nom sec et beau.

****

[…] Pour l’honneur du pays, pour la prospérité

On oubliera le nom de l’ancienne cité !

En buvant le bon vin disons des gaudrioles

Et puis frappons un ban pour Vic-la-Gardiole.

                                                                                                                                                                                                                                                             Médecin-colonel Georges-Marceau DEBAILLE

                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Vic, le 24 avril 1914

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s