Débat et démocratie

Le propre ou l’une des caractéristiques essentielles d’un comportement démocratique est de reconnaître que ceux qui ne partagent pas l’opinion majoritaire ne sont pas des égarés à remettre dans le bon chemin, et, pas davantage, des agitateurs professionnels, des empêcheurs de gérer en rond : ils sont des citoyens, qui défendent leurs idées parce qu’ils les jugent bonnes pour leur pays, leur région, leur département, leur commune. S’ils n’ont pas convaincu à un moment donné, ils sont néanmoins respectables, tout aussi respectables que les élus majoritaires ou ceux qui se rallient à eux. Et, tout comme eux, certes, ils ne sont pas infaillibles… Si, par la suite, la réalité démontre qu’ils avaient raison, il est sain alors, pour la démocratie, de savoir le reconnaître. D’ailleurs, la simple honnêteté intellectuelle commande de leur rendre cette justice. Mais, ni entre deux portes, ni en catimini : ouvertement, loyalement, à l’oral ou à l’écrit, comme pour toutes les réussites que l’on proclame…
L’intolérance et la partialité sont deux des principales ennemies de la démocratie.

                                                                                                                                                                                                                                                                              V.I.C.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s