Avril est là…

Quel est, des douze mois de l’année, celui dont le nom tinte comme un pur cristal, le joli mois au nom si doux, si argentin ? C’est avril !

L’aprilis des Romains, tire son nom du verbe ouvrir (aperire) sans doute parce qu’en avril la terre ouvre son sein généreux.

Avril était le mois consacré à la déesse Cybèle, la mère des dieux, selon les Grecs. Elle était adorée en Phrygie sous la forme d’une pierre noire tombée du ciel…

Dans l’Antiquité, le 1er avril, on célébrait la victoire de Thésée sur le Minotaure, ce monstre crétois qui exigeait d’Athènes, chaque année, un infâme tribut : un contingent de six jeunes filles et six garçons qu’il dévorait…

Avril, chez nous, débute avec farces, blagues, mystifications amusantes aux dépens de nos connaissances et amis. Même si des traditions juives, romaines ou médiévales manifestent que nos ancêtres n’étaient pas les derniers à savoir faire les fous, l’origine réelle de cette tradition est, en fait, assez mal connue et incertaine. On l’attribuerait au roi français Charles IX. Plusieurs théories rivalisent au sujet du « poisson d’avril ». A vous, donc, le soin d’en trouver l’explication… puis de nous la transmettre, dans un esprit d’interactivité conviviale.

En attendant, profitez des beaux jours qui s’allongent… Et laissons parler Rémy Belleau, poète français du XVI ème siècle :

« Avril, l’honneur et des bois / Et des mois, / Avril, la douce espérance /Des fruits qui sous le coton /Du bouton / Nourrissent leur jeune enfance./

(…) Avril, c’est ta douce main / Qui du sein / De la nature desserre / Une moisson de senteurs / Et de fleurs, / Embaumant l’air et la terre. » (…)

N.B. :

Gens d’ici et d’ailleurs, tous vous connaissez les fameux « saints de glace ».

Mais ATTENTION : dans le sud de l’Occitanie, ce dont on se méfie beaucoup, c’est de la période des « Cavaliers » qui s’étend du 23 avril au 6 mai…

Ces cavaliers – ou chevaliers –  nommés familièrement (pour se moquer ? pour les amadouer?) par leurs diminutifs sont : Jorget (St Georges), Marquet (St Marc), Tropet (St Eutrope), Crozet (la Ste Croix, jour de la St Philippe) et enfin Joanet (St Jean).

En terre d’Òc, ce sont eux (et non les saints de glace) qui marquent les assauts ultimes de l’hiver. Quand ils sont passés, on peut planter, on peut semer. Alors, mesdames et messieurs les jardinier(e)s, restez prudents !

F.P-L

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s