Où passe notre argent ? N° 1 – A qui, à quoi profite l’argent de nos P.V. ?

A qui, à quoi profite l’argent de nos P.V. ?

Feuilleter la presse spécialisée offre toujours l’occasion de trouver des sujets bien fouillés.

Dans une enquête de l’hebdomadaire Auto Plus, on apprend que Bercy table sur une hausse de 10% des recettes provenant de nos contraventions, avec, à la clé, une enveloppe totale de 1,85 milliard d’euros à récolter grâce à 35 millions d’amendes et, notamment, les amendes « radars » dont le volume doit augmenter de 25 %.

Certes, la présence de radars, surtout « mobiles », contribue à faire réduire la vitesse, cause principale des accidents. Mais, car il y a un « mais », l’argent des contraventions sert-il, comme on le croit souvent, à financer la sécurité routière ? Si on y regarde de près, 28% de l’enveloppe profitent, peu ou prou, aux automobilistes : voirie, sécurité routière et conditions de circulation.

Seul 0,16% issu du 1,85 milliard d’euros est réservé aux campagnes de prévention routière !

Ensuite, sur 13% des recettes, 11,8 % sont alloués à l’équipement, à la maintenance et au fonctionnement des radars, ainsi qu’au traitement des PV qu’ils occasionnent et 1,4% sert à développer les PV électroniques puisque, aujourd’hui, seules 16 000 communes bénéficient de ce dispositif et que le but du « jeu » est d’augmenter la verbalisation du stationnement…

Enfin, le plus gros du fruit de nos amendes est affecté, à hauteur de 59%, à tout un tas de choses sans lien aucun avec les automobilistes : tout d’abord, près de 30% pour éponger une partie de la dette nationale ; ensuite 18% pour les transports en commun et l’aménagement urbain ; puis 15% pour le rail ; enfin, 2,4% pour … le Ministère des Finances lui-même. Quel usage en fait-il ? Mystère et boule de gomme !

Ma conviction profonde est la suivante :

il faut, certes,

  • utiliser les radars pour faire chuter la délinquance routière
  • MAIS, en même temps, répartir les recettes provenant des PV au service de la prévention et à l’amélioration des infrastructures routières.

C’est ainsi que diminuera, sans doute, le nombre d’accidents que nous nous accordons à déplorer…

Jean-François Lopez

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s