Ils auraient dit … Brèves de politiques n° 6

Aujourd’hui , voici un petit sottisier (biffer la mention inutile) : – a) réjouissant – b) consternant

 

« Je n’imagine pas un instant cette île séparée du continent » annonça, en 2004, Jean-Louis Debré au sujet de la Corse.
Ouf ! Les mannes de Napoléon peuvent reposer en paix !

-:-:-:-:-:-:-

« La moitié du nuage d’ozone qui sévit dans la région parisienne est d’importation anglaise et allemande » affirma la même année Roselyne Bachelot.
Sacrés Tommies, sacrés Teutons, fraudant à l’exportation !

-:-:-:-:-:-:-

Et Nadine Morano, imperturbable, de déclarer : « Moi, je ne raconte jamais de conneries. »
Comme on peut s’illusionner ! La preuve :

Re-Nadine Morano : « Me faire passer pour quelqu’un de raciste, je trouve cela choquant. Ma meilleure amie est Tchadienne, donc plus noire qu’une Arabe. »

Black is black , Nadine is Nadine…

-:-:-:-:-:-:-

Nous ne pouvons que souscrire à l’affirmation de L. Luca député des Alpes maritimes : « Il n’y a pas besoin d’être de droite ou de gauche pour dire des conneries ».

-:-:-:-:-:-:-

En effet, où que l’on se situe sur l’échiquier politique, on éprouve parfois le désir de mettre les points sur les i de ses compatriotes. Jugez plutôt :

Bon conseil de François Hollande : « Je demande aux Français de ne pas aller dans les zones à risque parce que c’est dangereux. »

-:-:-:-:-:-:-

Attendrissante, Nora Berra, Secrétaire d’État en charge de la Santé livrait, sur son blog, au plus fort de l’hiver, ce conseil attentionné : « Je recommande aux personnes les plus vulnérables (sans-abri, nourrissons et personnes âgées) d’éviter de sortir. »

-:-:-:-:-:-:-

Voulez-vous une explication ? Voici Jack Lang, député du Pas-de-Calais, qui a dit : « Je ne voulais pas être parachuté d’en haut. »

-:-:-:-:-:-:-

Involontaires ou assumés, les truismes ne sont pas qu’hexagonaux ! Les U.S.A. se défendent. Lisons George Bush ( dabeuliou, sure !) « Si nous ne réussissons pas, nous courons le risque d’échouer. »

-:-:-:-:-:-:-

Ou encore, l’ancien maire Franck Rizzo, délivrant ce message irrécusable : « Les rues de Philadelphie sont sûres, ce sont les gens dans la rue qui les rendent dangereuses. »
Indeed ! Sauf qu’en l’absence de passants, on peut se faire sournoisement attaquer par… un nid-de-poule !

-:-:-:-:-:-:-

Pour finir, en cette période de composition ministérielle, gageons que le bon sens inoxydable de Raymond Barre inspirera notre nouveau président : « Pour gouverner, il faut un gouvernement. »

 

A bientôt !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s