Novembre

Et voici que s’achève déjà la première décade de novembre, ce onzième mois de l’année qui était le neuvième (novem) de l’ancien calendrier romain.

Bon, c’est indubitable : les jours ont raccourci, la nuit tombe plus tôt. Mais, dans notre cher département, nous l’échappons belle ! Pour nous en convaincre, relisons un extrait du poème Novembre d’Emile Verhaeren, Flamand francophone :

(…) Voici novembre en son manteau grisâtre
Qui se blottit de peur au fond de l’âtre

Et dont les yeux soudain regardent,
Par les carreaux cassés de la croisée,

Les vents et les arbres se convulser
Dans l’étendue effarante et blafarde (…)

Raté ! Chez nous, dans le sud du Languedoc, le vent ne corne pas « sur la bruyère longue infiniment, ni ne « bat les bourgs », ni ne « se déchire ou se démembre » comme dans un autre poème du même Verhaeren…

Chez nous, il fait encore assez beau. On a même pu voir quelques joyeux farfelus (nés dans la France ou l’Europe du Nord ?) plonger témérairement dans la Grande Bleue.

Novembre, malgré ce, n’a pas très bonne presse et fait un peu froid dans le dos : c’est sûr, on n’y échappera pas, l’hiver approche à grands pas !

En novembre, souvent, point aussi la tristesse : on se recueille sur les tombes, on les fleurit en mémoire des disparus dont l’absence meurtrit le cœur. Alors on tend à confondre la Toussaint, fête joyeuse de tous les saints et le Jour des Morts, qui la suit, jour de recueillement et de souvenir.

Oui, Novembre peut sembler difficilement gai, ne pas faire rêver.

Pourtant, il fait la part assez belle au festif ou au sympathique. Dans le désordre, nous citerons :

– l’été de la Saint Martin, qui nous offre de splendides journées (et non « l’été indien » qui n’existe, lui, que dans le nord de l’Amérique comme le chantait Joe Dassin),

– le 11 novembre, qui commémore l’armistice de la Grande Guerre (l’armistice… enfin !)

– « Thanksgiving » pour nos amis Américains, qui organisent des réjouissances et remercient Dieu des grâces reçues dans l’année écoulée,

– la Ste Catherine, qui, le 25, honore les jeunes filles franchissant, célibataires, le cap des 25 ans et coiffe ces « catherinettes », d’un amusant chapeau,

– la journée internationale pour l ‘élimination de la violence à l’égard des femmes, ce même jour du 25 novembre,

– la Journée Internationale des droits des enfants, le 20,

– et … gardé pour la bonne bouche : le fameux Beaujolais nouveau, qui vient si opportunément réjouir les papilles et réunir de joyeux drilles !

Alors, si triste que cela, novembre ? Nenni ! Bonne continuation !

F.P-L

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s