La campagne électorale aurait-elle déjà commencé ?

Grands dieux, la campagne des municipales aurait-elle déjà officieusement commencé ? Les prochaines élections n’auront lieu qu’en 2020. Patience !

Que l’on soit de la liste majoritaire ou de l’autre, chacun des élus se doit de poursuivre et terminer loyalement son mandat, afin d’honorer la confiance de la population.

En politique, on appelle « opposition » l’ensemble des partis qui n’appartiennent pas à la liste majoritaire. Cette « opposition », dans la mesure où elle peut donner son avis, exprimer ses divergences et ses points de vue, fait vivre la démocratie dont elle manifeste le pluralisme.

A Vic, avons-nous noté quelque prépondérance, quelque emprise de « partis » dans l’équipe municipale ? Bien sûr que non ! D’ailleurs, chacune des deux listes en présence en 2014 était une liste plurielle, composée de personnes de bonne volonté, motivées, désireuses de s’investir pour la commune et d’oeuvrer conjointement pour le bien commun. La sensibilité politique de chacun des membres ne fut en aucun cas un critère déterminant pour intégrer l’une ou l’autre liste.

A Vic, le terme de « majorité » peut sembler quelque peu exagéré lorsqu’on sait qu’à 97 voix près, une autre « majorité » aurait dirigé la commune.

Voilà pourquoi notre groupe n’est pas réellement « minoritaire ». Du moins peut-on dire qu’il ne l’est pas en termes de voix recueillies, s’il l’est en termes de sièges (légalement) octroyés…

En outre, il convient de garder en mémoire qu’un tiers de la population ne s’est pas rendu aux urnes… Rien de ce que proposaient l’une et l’autre listes ne méritait donc leur intérêt, leur suffrage ? De quelque côté que l’on soit, cette réalité, bien que peu agréable, doit nous inciter à y réfléchir, à garder la tête froide et à rester humbles.

Depuis 2014, on nous appelle l’ « opposition », terme que nous employons aussi mais qui, tout consacré qu’il soit, nous met parfois mal à l’aise.

Pourquoi cela?

Parce qu’il est ambigu et porteur d’équivoques.

Pour certains, il peut s’avérer même bien commode quand il s’agit de connoter péjorativement les élus de notre groupe, non majoritaire. Ce terme d’ « opposition » devient un moyen sûr et facile de les décrédibiliser ou d’en faire des boucs émissaires, pour ne pas leur reconnaître une vraie volonté d’investissement pour le bien de la commune et de ses habitants. Bien que non majoritaires, ces élus désirent réfléchir sur tous les sujets, les projets, les analyser, en débattre, apporter leurs points de vue, proposer des alternatives, informer la population. C’est pourquoi ils préparent toujours soigneusement les conseils municipaux.

Cherche-ton quelquefois à suggérer que les élus de l’ « opposition », alias du groupe non majoritaire, ne seraient que des adversaires systématiques, des bloqueurs de projets, des empêcheurs de gouverner en rond, bref de véritables et stériles « emmerdeurs » ? Depuis le début du mandat, c’est l’impression très précise que nous (et quelques autres) avons parfois ressentie. Ainsi, lors des vœux de janvier dernier, où nous nous sommes demandé, interloqués, abasourdis, quelle mouche avait piqué madame le maire…

Voir https://vicinfoconvivialite.com/2018/02/28/mais-quelle-mouche-avait-pique-madame-le-maire/

Quelques mois plus tard, scénario différent mais, dirait-on, intention identique… (???)

En effet, imaginons le bon citoyen vicois, qui tient entre ses mains le dernier Vic Naturellement (oct.2018) et en commence naturellement la lecture par l’édito. du maire. Que va-t-il penser à la lecture de… la première ligne de la première phrase ?

Citons l’extrait et soulignons ce qui nous a choqués (nous et d’autres) :

« Nous poursuivons avec l’équipe majoritaire la modernisation et l’adaptation de notre village à toutes les nouvelles réglementations, en ayant toujours à coeur de maintenir notre cadre de vie tout en préservant notre environnement et notre patrimoine. »

En creux : laisse-t-on entendre que les élus non majoritaires s’ingénieraient, eux, à s’opposer aux nouvelles réglementations, au maintien du cadre de vie et à la préservation de l’environnement et du patrimoine ?

Madame le maire, que penser ?

Simple maladresse de votre part, bévue involontaire, trop rapide copié collé d’un article antérieur, oubli de relecture attentive ?

Ou bien propos délibéré et machiavélisme assumé, afin de jeter le discrédit sur ceux qui, n’étant pas dans la majorité, veulent faire entendre leur voix ? En ce cas, qu’on nous reconnaisse le droit de dire qu’être régulièrement choisis comme boucs émissaires devient pénible et lassant ! Du coup, question : seriez-vous déjà officieusement en campagne pour les prochaines municipales ?

Le saurons-nous jamais ?

En tout état de cause, madame le maire, nous vous adjurons de ne pas travestir la réalité, d’éviter tout abus de langage et de respecter la légalité.

Donc, ne parlez pas d’ « équipe majoritaire » agissante, quand c’est par le Conseil municipal que sont prises les décisions au travers des délibérations qui y sont votées.

Non, ce n’est pas une « équipe » qui modernise et adapte le village, etc., c’est le Conseil municipal, un conseil auquel participent tous les élus !

Regardons-y de près : qu’ont voté les élus de la liste non majoritaire, en ce qui concerne la modernisation du village son adaptation aux nouvelles réglementations, la préservation de son cadre de vie, de son patrimoine de son environnement ?

A 80 %, ils ont émis le même vote que la majorité, à savoir :

– aménagement du quartier de la Robine,

– rénovation du centre ancien (nous avons juste regretté l’absence d’une véritable concertation au profit d’une seule information des riverains),

– travaux du quartier bas et du chemin de St Georges,

– travaux sur l’église Ste Léocadie.

Il est patent qu’ils ont à coeur, autant que les autres, de veiller sur leur village !

Donc, madame le maire, veuillez parler de Conseil municipal ou d’équipe municipale quand vous évoquez tous travaux !

Bien sûr, on va nous objecter qu’il y eut, chez nous, 20 % de votes négatifs ou d’abstentions puisque 100 % des délibérations – 80 % = 20 %.

Jetons alors un oeil sur ces 20 % car ils sont des plus éclairants : tous témoignent de notre désir profond de défendre notre village. En effet :

– nous avons refusé de voir les compétences qui régissent la vie du village transférées à l’Agglo. de Sète,

– nous avons refusé de voir les citoyens privés de la maîtrise du destin du village,

– nous avons refusé de regarder notre village se vider de sa substance première, celle qui consiste à décider et non pas à subir !

En tout état de cause, nous nous mobilisons toujours en faveur du village et demeurons persuadés que c’est dans la conjugaison de tous les talents, de toutes les compétences et de toutes les bonnes volontés qu’une commune peut aller de l’avant et vivre mieux…

Madame le maire, par désir de paix et par souci de continuer à travailler dans la tranquillité d’esprit, nous préférons croire que vous n’avez pas mesuré le caractère vexatoire de votre première phrase et que vous n’êtes pas déjà entrée subrepticement en campagne.

Nous ne sommes pas nous-mêmes, dans ce cas de figure : nous désirons continuer notre tâche sereinement, avec loyauté et indépendance, sans nous polluer l’esprit par des préoccupations tout à fait étrangères au présent mandat.

Toutefois un rectificatif de votre part serait le bienvenu !

Il le serait pour nous mais aussi pour d’autres personnes, dont certaines, d’ailleurs, ont voté pour vous, mais sans renoncer pour autant à tout esprit critique ni à la recherche de la vérité…

Les élus du groupe non majoritaire

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s