Le ruissellement… des taxes.

Le gouvernement entend bien rester ferme face aux automobilistes. Alors que la grogne contre l’envolée des prix du diesel et de l’essence prend de l’ampleur, le ministre de l’Économie annonce que la nouvelle augmentation des taxes prévue au 1er janvier sera bien maintenue. «Non, la hausse ne sera pas suspendue. Il n’y aura pas de moratoire. On ne suspend pas la transition écologique» a justifié le ministre.

Pour rappel, le gouvernement prévoit une hausse de taxe jusqu’en 2022. La taxe carbone, mise en place sous le mandat de François Hollande, a été renforcée par le président Macron. Destinée à inciter les automobilistes à changer leurs habitudes, la taxe sur les carburants se traduit par une hausse du prix au litre chaque année en janvier.

La surimposition du gazole et du sans plomb passe mal, surtout quand elle est pleinement assumée par l’État au prétexte de fiscalité écologique et comportementale.

(N’oublions pas la calamiteuse affaire de l’écotaxe, où nos dirigeants de l’époque ont gaspillé plusieurs milliards et où ce sont encore les contribuables qui ont payé la facture de leur incompétence.)

Toutes ces petites gens, qui persistent à rouler au « mazout », se comportent vraiment très mal. Voyez-vous un peu ces mauvais citoyens qui se cachent derrière un prétendu manque de moyens pour se soustraire à l’achat d’une voiture propre ! Ils refusent de mettre leur diesel à la casse et d’acheter un véhicule électrique, sous prétexte d’être désargentés, non, mais quel culot !

Portant le fardeau de l’incapacité de ses dirigeants, le peuple français ne peut en aucun cas supporter à lui seul, les erreurs stratégiques énergétiques et il est difficile de faire endosser le mauvais rôle à chaque citoyen de ce pays, sous couvert d’une prise de conscience collective tardive de la nécessité de répondre au dérèglement climatique. 

Il est trop facile, mesdames et messieurs de l’actuel gouvernement, de taxer les plus démunis pour apaiser et satisfaire un peu votre âme écologique sous de « vrais faux » prétextes et pour n’avoir comme solution miracle que «  les véhicules électriques ».

Mais quel est votre projet ? Quelle politique énergétique voulez-vous vraiment appliquer ? Sera-t-elle à la hauteur des enjeux sociaux et politiques ? C’est plus que douteux.

Cette révolution que l’on nous vante, n’est pas si propre. Elle repose sur des technologies avides de métaux aux noms souvent barbares (antimoine, germanium, lithium, cobalt, bismuth, terres rares) dont l’extraction est extrêmement polluante. Cf . La Guerre des métaux, un livre de Guillaume Pitron, formidable enquête qui fait froid dans le dos.

Certains spécialistes prétendent  :

      – que la voiture électrique face aux véhicules thermiques n’a pas fait ses preuves comme solution autonome,

    – que même s’il s’agit d’un véhicule sans émissions, il ne s’agit pas pour autant d’une voiture propre. En effet, la fabrication d’une batterie a de fortes répercussions négatives sur l’environnement : son bilan carbone n’est pas si pur. C’est même pire dans les pays qui produisent l’électricité avec du charbon comme l’Allemagne (qui, de plus, nous envoie ses poussières et particules via les vents dominants),

    – qu’on ne pourra pas tous rouler en voiture électrique, tout simplement parce que, sur la planète, nous n’avons pas les quantités de métaux nécessaires pour que la voiture électrique se substitue au milliard de véhicules qui circulent actuellement dans le monde.

Une dernière question se pose : comment produire le surplus d’électricité que l’augmentation de ce type de véhicules va impliquer ? La voiture électrique n’est pas la solution idéale pour « rouler propre » et l’on pourrait faire appel aussi à une autre technologie, l’hydrogène.

L’espoir en un monde produisant moins d’émissions polluantes passe, en partie, par le recours à des voitures plus « propres » mais surtout par une reconfiguration plus vaste de notre société et de notre manière de nous déplacer. Il faut rompre avec l’expansion mondiale du modèle occidental, à savoir la mobilité individuelle, les loisirs avides de dépaysement lointains (nécessitant avions, paquebots…) et l’excès de motorisation. (Encore une incohérence gouvernementale, aucune taxe, ni TVA sur le kérosène et le fioul lourd ! Les avions, les cargos et paquebots, qui sont pourtant les moyens de transport les plus polluants, sont exonérés de toute taxation par l’article 267 du code de la douane et l’article 262 du code général des impôts.)

Face à la gronde des automobilistes, Gérald Darmanin a justifié la flambée des prix à la pompe, boostée par la fiscalité. « C’est une façon d’inciter les gens à changer leur mode de transport ». Or c’est précisément le mode de transport que ces mêmes politiques ont promu et subventionné pendant plus de 30 ans.

Macron et son gouvernement devraient cesser de creuser le fossé entre les deux France, celle des urbains prospères, « branchés », rêvant, à l’abri de leurs métropoles, de « mobilité douce », et celle, plus nombreuse, des invisibles, vivant en périphérie des villes et à la campagne et roulant, elle, « au diesel ».

On se demande si de l’intérieur de nos têtes « couronnées » vont sortir un jour des idées réalistes.

Les petites gens obligées de rouler au gazole ne le font pas par plaisir de polluer ! Ces personnes n’ont, tout simplement, pas le choix : quoi qu’il advienne elles continueront de rouler par obligation. Cela, les technocrates de Bercy et nos dirigeants le savent, qui adorent les rentrées fiscales… Les Français de la « France d’en-bas » vont devoir composer, rogner sur d’autres dépenses, d’autant que le gouvernement vient de faire adopter à l’Assemblée la taxation des avantages donnés par les Comités d’Établissements (aides aux vacances, sorties culturelles, activités sportives…) et que ce seront encore les plus modestes qui seront « impactés ».

Ce ruissellement-là, c’est le ruissellement… vers le haut.

Michel Rico

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s