« Tout travail mérite salaire ». Mais…

« Tout travail mérite salaire ». Mais…

tout salaire ne mériterait-il pas un travail ?

Le 26 juin 2019, les députés ont voté « l’urgence écologique et climatique », sujet ô combien sensible actuellement !

Las, comme assez souvent très peu de députés étaient présents !

Qu’on en juge : 52 députés siégeaient sur 577 élus, ce qui équivaut à une présence de 9 % environ des députés. (Cette faible représentation n’est pas sans rappeler celle du vote concernant Aéroports de Paris… )

– Vote pour : 41

– Vote contre : 7

– Abstentions : 4

Dans le monde du travail, sauf maladie ou accident du travail, celui qui est absent n’est pas payé.

Or le gouvernement cherche à faire des économies.

Prenons-nous à rêver : imaginons la piste suivante à suivre.

Le salaire mensuel d’un député est de 7300 € ce qui équivaut à 243 € par jour.

Si les députés étaient payés en fonction de leur présence effective à l’Assemblée Nationale, le 26 juin notre pays aurait dépensé pour le salaire des présents :

                                                                        243 € X 52 soit 12 636 €

Au lieu de cela, la dépense globale pour le salaire des députés a été ce même jour de :

                                                                      243 € X 577 soit 140 211 €

Il apparaît que le « trop versé » de cette journée est de :

                                                                    127 575 € (soit 140 211 € – 12 636 €)

Ainsi, en une seule journée, l’État aurait pu réaliser une économie de 127 575 € !

Bien entendu, ce calcul peut paraître assez simpliste. Pour autant, on peut trouver inadmissible que soit pondue une loi avec 9 % des députés présents ! On peut trouver inadmissible que 127 575 € soient gaspillés, vu le manque d’assiduité de nos élus.

Et surtout, surtout, on peut se dire qu’au lieu de s’ingénier à racketter les petites gens de 30 à 50 €, on pourrait balayer devant sa porte à savoir faire le ménage dans les dépenses de fonctionnement de l’État !

Mais, ne soyons pas naïfs, se dresse là un vrai obstacle : ce sont eux-mêmes, nos députés qui se fixent les conditions de salaire et de présence. Un député est réputé intelligent : il ne va pas se tirer une balle dans le pied !

Ah ! comme on comprend, par moments, que le citoyen lambda puisse regretter de n’avoir pas brigué la députation !

J-F Lopez

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s